Home » La Passagère by Guy Chantepleure
La Passagère Guy Chantepleure

La Passagère

Guy Chantepleure

Published August 9th 2012
ISBN : 9781153810012
Paperback
26 pages
Enter the sum

 About the Book 

Extrait: ...que jen ai besoin... Phyllis eut un cri. - Alors vous avez peur que je vous ennuie, que je vous gene? - Non!... mais non!... vous ne me generiez pas... ce nest pas cela que jai voulu dire... Ma petite Phyl, je serais tres heureux deMoreExtrait: ...que jen ai besoin... Phyllis eut un cri. - Alors vous avez peur que je vous ennuie, que je vous gene? - Non!... mais non!... vous ne me generiez pas... ce nest pas cela que jai voulu dire... Ma petite Phyl, je serais tres heureux de vous avoir toujours aupres de moi... Mais, enfin, vous savez que ma profession comporte des devoirs, des servitudes... des risques, avec lesquels il faut bien que le compte... Il ny aurait pas de place pour une femme, epouse ou soeur... Je vis en sauvage... Je fuis le monde... Je mabsente frequemment... Mes recherches, mes experiences mabsorbent plus que vous ne croyez... Voyez-vous lexistence que je pourrais offrir a ma petite compagne?... Phyllis secoua la tete. - Oui, je comprends, dit-elle... Pas de passager! Lenivrante solitude!... Un jour deja, vous mavez dit cela, Kerjean. Elle etait demeuree a la meme place, enfantine et fragile dans sa robe angelique, avec ses deux nattes de pensionnaire. Il vint sasseoir pres delle, prit une des mains. - Non, ma petite Phyl, dit-il, non, je ne veux pas prendre votre vie, parce que ce serait la sacrifier... et parce que ce serait une grande folie... une irreparable folie... parce que... Avant quil eut fini sa phrase, la porte fut brusquement ouverte et, repoussant Anaik, Mlle Arguin parut. XII - Malheureuse enfant! On mavait bien dit que je vous trouverais ici! Kerjean setait leve. - Pardon, madame, puis-je vous prier de me dire ce qui me vaut lhonneur de votre visite? Tres calme, son beau regard dhonnete homme interrogeait. Les petits yeux luisants quitterent la robe blanche, les nattes blondes, pour croiser ce regard, et le defierent. - Ce matin, a la premiere heure, monsieur, Mme Chardon-Pluche est arrivee toute bouleversee, pour me dire quayant fort mal pris quelques justes observations, Phyllis Boisjoli setait, hier soir, enfuie de chez elle... Jai severement blame Mme Chardon-Pluche davoir laisse partir...